5 sens pour développer nos potentiels

5_sens_pour_developper_activer_nos_potentiels from Eric Zahnd on Vimeo.

 

 

Lorsque l’on parle de développer nos compétences, révéler nos potentiels, apprendre différemment, on ne pense pas tout de suite à comment gérer nos émotions. Vous conviendrez pourtant que l’on est  dans une bien meilleure posture pour apprendre lorsque l’on est joyeux voire agréablement surpris.e que lorsque l’on est triste, en colère, dégouté ou que l’on a peur (Pour ne citer que les 6 émotions de base que sont la joie, la tristesse, la peur, le dégoût, la colère et la surprise.)

Pourtant, même si l’on sait, qu’être serein.e sur le plan émotionnel est une condition pour développer notre capacité de nous concentrer, de mémoriser, notre confiance en nous, notre créativité, nous ne sommes pas à l’abri  d’émotions fortes causées  notamment par le stress du quotidien. C’est souvent dans ces situations que l’on se demande comment il nous serait possible de mieux contrôler ces états qui sont autant d’obstacles à nos actions et nos projets.

émotion_sens

Comment fonctionne notre cerveau?

La réponse la plus communément donnée lorsque l’on évoque la gestion des émotions, est qu’il va nous être possible  de les contrôler en les relativisant. C’est dans ces situations que l’on prononcera communément des expressions courantes telles que : « Ce n’est pas grave ! « Ne vous inquiétez pas. ». Néanmoins je me promenais avant hier dans une forêt et j’entendais un adulte dire à un petit garçon qui semblait effrayé par une araignée : « Ne t’inquiète pas, elle ne va pas te manger ! » Autant vous dire que le petit garçon n’était pas vraiment rassuré.

En quelques mots, voici pourquoi ces paroles étaient d’une efficacité modérée pour ce petit garçon. Nous percevons le monde qui nous entoure au travers de nos 5 sens. Ces 5 sens nous donnent des informations qui, une fois traités par le cerveau génèrent une émotion ( e-motion) . Cette émotion nous conduit à une action.

Au fil de notre expérience, notre cerveau a procédé à des associations perception-émotion-action qu’il a enregistré dans son disque dur .Pour bien vous aider à comprendre ces associations, j’ai réalisé la courte vidéo que vous trouverez en haut de cet article. Si vous ne l’avez pas visionnée je vous invite  à arrêter la lecture de cet article maintenant et de faire le test qui vous y est proposé.

 

Avez-vous donné la même réponse après avoir visionné la vidéo du paquebot qui sort  du port? Probablement non. En effet les images restent les mêmes. En revanche la musique a changé et notre cerveau n’a  pas fait les mêmes associations. Dans un cas vous avez probablement ressenti un état d’anxiété alors que la deuxième vidéo était beaucoup plus rassurante. Il a peut être même fait un lien avec vos dernière vacances où vous avez voyagé.

 

Comment se “reprogrammer”?

On ne peut pas changer ce qui est à l’origine d’une émotion. Mais il nous est possible de nous le représenter la scène sous la forme d’une image, de rendre cette image plus floue, plus petite, de rendre ses contours moins nets, d’en faire une image en noir et blanc, de visualiser cette image devant nous  et de laisser cette image s’éloigner de nous. Il est possible également de jouer sur le canal auditif. Si nous éprouvons une émotions forte à la suite d’un échange dans lequel une personne a tenu des propos qui nous ont blessé, il est possible de changer sa voix pour la rendre plus fluette, voire de donner à cette personne la voix d’un personnage de Disney. La technique peut paraître très simple, évidente. Elle est pourtant très efficace.

émotion

Voici par exemple  comment nous gérons une phobie en P.N.L.. A la base une personne phobique des araignées, voit une araignée. Elle  l’associe à quelque chose de dangereux . Elle tue l’araignée ou elle part  en courant (geste ancestral de survie qui consiste soit à prendre la fuite soit à attaquer.)

Au fil de notre expérience, le cerveau va se charger de reprogrammer naturellement cette association…Cependant il ne le fera pas toujours.

Ainsi, nous avons dépassé de nombreuses peurs de notre enfance ( peur du noir, peur d’être seul, peur de l’inconnu…) et en avons quelquefois récupéré d’autres peurs ( peur de l’échec, peur de dire non et de décevoir, peur pour sa santé...)

Dans le sens enfant-adulte j’ai connu une personne qui était capable de s’entourer et de donner à manger à des pigeons alors qu’elle était enfant et qui 20 ans plus tard était absolument incapable de marcher dans la rue à moins de 10 mètres d’un pigeon.

Si je reste sur l’exemple précédent, cela veut dire qu’à un moment de sa vie , elle a disposé de ressources pour se sentir en confiance en présence de ces oiseaux et que quelques années plus tard elle a l’impression de ne plus avoir ces ressources.

 

Réveiller et révéler nos potentiels.

En Programmation Neuro Linguistique, nous utilisons des techniques de visualisations en imaginant une ligne du temps qui va permettre à cette personne de se déplacer dans le passé à l’époque où elle n’avait pas peur. Elle va alors identifier ses ressources qui la rendait proche de ces oiseaux ( exemple : le courage, la confiance en soi, la curiosité…) et les intégrer avant de revenir à la situation présente .

Evidemment la question qui va se poser est comment « réintégrer » ces qualités qui sont autant de potentiels que nous possédons déjà ? Je vous ai dit que des perceptions sensorielles conduisaient à des émotions qui entraînaient des actions. Ainsi pour chacune des ressources que vous allez réintégrer,vous allez vous concentrer sur vos ressentis : Qu’est-ce que vous voyiez ? Qu’est-ce que vous entendiez ?, « Quelles sensations physique vous procurait cette perception? Sentiez-vous une odeur ? L’associiez-vous à un goût ? (Rappelez-vous de la Madeleine de Proust.) . Vous allez en quelque sorte réveiller en vous  ces perceptions sensorielles liés à ces ressources. Puis  au moment où ce ressenti sera le plus fort,vous allez l’ ancrer en associant un geste (Poser votre main droite sur votre bras gauche ou le contraire), de telle sorte qu’à chaque fois que vous renouvellerez ce geste votre cerveau y associera l’état de bien être lié à ces ressources que vous avez réveillées.

 

Qu’il s’agisse d’une phobie, d’une colère, d’un dégoût, je peux vous assurer qu’après un exercice comme celui-ci, l’intensité de votre émotion ne sera plus la même. Dans certain cas l’émotion négative aura totalement disparu. Dans la majorité des cas elle aura été diminuée de telle sorte qu’elle ne sera plus un obstacle pour votre action.  Dans toutes les situations elle vous aura permis de retrouver des potentiels que vous possédez déjà et avez déjà mis en œuvre. Dans d’autre, elle en révèlera de nouveaux. C’est souvent dans ces cas qu’une personne révèle des  capacités créatives étonnantes qu’elle n’aurait jamais imaginé posséder.

Partager l'article.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Fermer le menu